Centre de Transfert d'entreprise du Québec - 440 boulevard René-Lévesque - Montréal, H2Z 1V7

CTEQUEBEC.COM

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • YouTube - White Circle

© 2017 BLOGUE DU CTEQ

1-844-200-2837

Please reload

Conserver le savoir pour assurer sa transmission

Lors du transfert de l’entreprise, la question du partage de connaissances a toute son importance. Que ce soit celui du dirigeant sortant ou des employés clés, comment pouvons-nous conserver le savoir pour maintenir la productivité de l’entreprise ou rassurer le repreneur ?

 

Joëlle Vincent de VIACONSEIL et Jacques Desjardins de Viva Innovation, nous amènent des points indispensables à considérer pour intégrer les employés dans une démarche solidaire. Ensemble, il est possible de construire une véritable banque de savoir et voir plus loin pour l’avenir de l’entreprise.

 

Les 3 étapes à retenir :

 

1. LE PLAN DE TRANSFERT DE CONNAISSANCES, À QUOI ÇA SERT ?

Collecter les connaissances présentes au sein de l’entreprise pour les conserver.

 

Lorsque le propriétaire-dirigeant quitte l'entreprise, il part avec ses connaissances. En effet, pendant ses années d’exercice, il a acquis une expérience et une expertise qu’il devra partager. Le plan de transfert de connaissances va permettre d'identifier les personnes à l'interne qui possèdent, déjà, certaines connaissances. Puis, il va répertorier les connaissances manquantes et trouver des solutions adéquates.

 

Le transfert de connaissances ne s'effectue pas simplement auprès du repreneur. Tout un plan doit être mis en place pour passer le flambeau en toute sécurité.

 

Il va :

• Collecter le savoir des employés en les faisant participer grâce au partage

• Concevoir une pratique pour conserver le savoir

• Permettre de transmettre le savoir au sein de l’entreprise

 

Il est à noter que le plan de transfert de connaissances peut aider à déterminer le repreneur idéal en fonction des savoirs manquants. Grâce à un bilan des connaissances au sein de l’entreprise, il est possible de déterminer le ou les profils nécessaires au bon fonctionnement. Il a donc un double intérêt, préserver le savoir et trouver les ressources nécessaires.

 

2. LES EMPLOYÉS DEVIENNENT CRÉATEUR DE LEUR SAVOIR

Développer un processus de partage du savoir pour l’efficacité de l’entreprise.

 

Lors du transfert de l’entreprise, les différents processus d'affaires au sein de la structure doivent être identifiés. Ils vont permettre de déterminer les connaissances et compétences qui en découlent.

 

En industrie, la nouvelle tendance est d'utiliser le numérique pour conserver le savoir. Jacques Desjardins nous précise que des outils simples sont utilisés pour capturer les informations. Par exemple, des employés vont créer des micros capsules vidéos pour montrer leur travail tout en commentant chaque étape. Ensuite, le contenu est disponible à l'ensemble du personnel.

 

Le fonctionnement d'une machine peut se rendre accessible grâce à l'explication du processus d'utilisation étape par étape.

 

Tous les employés deviennent créateurs et alimentent une banque de savoir bénéfique à tous.

 

Cette initiative offre la possibilité de mettre en place des dispositifs de formation en interne. L'employé peut suivre des capsules vidéos pour se former sur une machine ou un processus.

 

Pour les PME, cela peut aussi se mettre en place. Joëlle Vincent met à disposition de toutes les entreprises un logiciel de gestion des compétences appelé EVO-K-E, à bas prix et simple d'utilisation. L'entreprise n'a pas besoin de s'équiper d'un outil de Learning Management System pour constater les connaissances disponibles.

 

 

3. VALORISER LE SAVOIR DES EMPLOYÉS !

Identifier les employés clés pour les fidéliser grâce à un plan de développement de carrière.

 

Lors d'un transfert d'entreprise, les postes clés vont être analysés avec des indicateurs parce qu'ils vont assurer la pérennité de l'entreprise. En effet, pour un repreneur il est important de s'assurer que les employés clés resteront en place malgré le changement de direction car ils ont un rôle déterminant dans la productivité des activités.

 

Un plan de rétention va permettre de rassurer le personnel et éviter le départ des employés indispensables au bon fonctionnement de la structure.

 

Il se compose :

Des objectifs du plan : comment retenir les employés et diminuer le taux de roulement

Des employés clés identifiés : évaluation des performances

D'une réponse aux besoins des employés : salaire, congés payés, avantages sociaux...

 

Il se complète avec l'engagement du personnel. Ce dernier à toute son importance car il s'agit du retour sur investissement en ressources humaines. Si les employés sont mobilisés, les indicateurs sont à la hausse et vont donner du poids sur le prix de vente de l'entreprise.

 

Pour vous illustrer les retombées économiques, plusieurs questions sont très explicites :

• Si un employé clé quitte subitement l’entreprise, comment faire et quelles sont les pertes économiques ?

• Est-ce que cela va perturber la production et nuire aux délais de livraison ? Quel en sera le coût ?

• Est-ce que je risque de perdre des clients ?

• Quel est le coût d’un nouveau recrutement et de la formation associée ?

 

Le taux d'engagement se développe pour éviter des situations à risque pour l’ensemble de l’entreprise. Plusieurs leviers sont importants :

• La compréhension de la stratégie de l'entreprise et sa vision

• Les objectifs attribués et le rôle de chacun

• L'autonomie...

 

Pour les employés clés, un plan individuel sera déployé tout en favorisant le dialogue. Il est important de les connaître et comprendre ce qui est important pour eux afin de répondre à leurs attentes. Joëlle nous rappelle que tout ne repose pas sur la rémunération. D'autres critères rentrent en jeu comme la flexibilité sur les horaires de travail, la prise de responsabilités ou l'autonomie.

 

 

L’analyse des outils numériques en place, un argument pour valoriser le prix de l’entreprise

 

Pour valoriser le prix de vente de l’entreprise, il faut connaître les technologies de l’information utilisées dans tous les services.

 

La fonction comptable peut, par exemple, être prise en exemple. Est-ce que l’entreprise utilise une solution comptable ou travaille sur Excel ?

 

L’environnement logiciel peut être très différent d’une entreprise à l’autre. Nous pouvons retrouver les logiciels Word et Excel comme un progiciel de gestion intégré (ERP). Ils vont jouer sur la valorisation de l’entreprise de par leur modernité et leur adaptation face aux enjeux de l’entreprise. L’intégration des nouvelles technologies va rassurer le repreneur qui n’aura pas à trouver des outils à déployer.

 

La veille technologique favorise la mise en place des technologies au sein d’une entreprise. Elle va permettre de se renseigner sur les outils existants et à venir pour ne pas se laisser dépasser par la concurrence. Il est important de trouver son avantage concurrentiel à travers les nouvelles solutions pour les intégrer de manière efficace dans l’entreprise et auprès des employés.

 

En fonction des besoins, des objectifs et du budget alloué, une solution sera la plus appropriée !

 

 

 

Découvrez la totalité du cahier spécial "Industrie 4.0 : L'humain au coeur de la réussite - Inspirez-vous dans un contexte de transfert d'entreprise".

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ARTICLES RÉCENTS