Centre de Transfert d'entreprise du Québec - 440 boulevard René-Lévesque - Montréal, H2Z 1V7

CTEQUEBEC.COM

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • YouTube - White Circle

© 2017 BLOGUE DU CTEQ

1-844-200-2837

Please reload

Dirigeant sortant … On vous lance le défi bonheur !

Comment créer son propre bonheur lors de son transfert d’entreprise ?

Depuis une quinzaine d’années, Nathalie Joannette a le privilège d’accompagner des centaines d’entrepreneurs québécois à transmettre leur entreprise auprès de leurs enfants, de leurs employés ou de repreneurs externes. En général, la durée d’une démarche est de 5 à 10 ans pour le transfert de propriété et de 3-5 ans pour un transfert de direction.

 

Elle nous propose 5 défis pour amener le bonheur lors d’une transmission d’entreprise.
Êtes-vous prêt à les relever ?

 

Quelles que soient les raisons qui poussent à devenir entrepreneur, la création d’une entreprise apporte une grande fierté et la responsabilité de sa pérennité. Chaque entrepreneur est unique et apprend à exercer progressivement plusieurs rôles durant sa carrière. Il est important de prendre conscience que chacun est le maître d’œuvre de sa vie, de l’évolution de son entreprise et de son transfert éventuel.

 


Chaque situation de relève est unique et évolue dans le temps

Tout se transforme, c’est inévitable même si nous n’en prenons pas toujours conscience.

Le scénario qui se présente à un dirigeant n’est pas forcément celui qu’il avait envisagé. Dans ce cas, il ne faut pas être en quête d’absolu. L’important est de garder confiance en acceptant la situation, être réaliste et cohérent face aux choix qui s’offrent.  Il est nécessaire d’agir en conséquence pour être heureux !

 

En définissant les étapes de la démarche, qu’elle soit familiale ou entrepreneuriale, le dirigeant va prendre le temps de réfléchir aux différentes options. Puis, il va concilier les projets souvent initiés, séparément, par la relève ou lui-même. 

 

Pour réussir cet exercice, quoi de mieux que de se challenger ? Grâce à ces 5 défis, le dirigeant va apprendre à se connaître et adopter la bonne attitude pour réussir son transfert.
 

 

>>>>> DÉFI 1 : S’engager, le faites-vous vraiment ?

Il n’est pas rare d’entendre les dirigeants dire : « ah je ne sens pas l’engagement de la part de ma relève ».
Mais, est-ce que le dirigeant fait lui-même preuve d’engagement ?

 

Souvent, les problèmes de transfert résident dans la difficulté de s’engager dans sa propre démarche de relève en effectuant les actions et les rencontres nécessaires pour sa mise en œuvre.

 

S’engager réellement exige de s’ouvrir à d’autres visions ou perceptions, d’exprimer son point de vue (communication) et de faire preuve d’humilité. Lorsque l’engagement est réel, chacun peut alors donner le meilleur de lui-même. Contribuer à l'objectif commun et ressentir un profond sentiment d'accomplissement permettant de trouver sa place au sein de ce nouveau système. Cela facilite le partage des responsabilités et l’élaboration de solutions communes.
 

 

>>>>> DÉFI  2 : Faite confiance !

La confiance constitue l’une des bases de toute relation. Faire confiance résulte dans le fait de ne pas douter des capacités de sa relève en encourageant l’exécution de projets ou d’actions concrètes.  

La confiance se développe avec les moments de partage d’expériences afin d’outiller sa relève pour l’avenir. La relève va vouloir prendre des responsabilités. Cela nécessite que le dirigeant fasse confiance à son repreneur tout en le guidant. Il ne faut pas sous-estimer le rôle de mentor.

 

Les effets néfastes des jugements ou des mauvais commentaires diminuent la confiance. Il en résulte auprès de la relève un manque d’estime, une diminution des apprentissages, des initiatives ou des actions par peur de se tromper ou de ne pas être à la hauteur.

 

En acceptant de s’ouvrir et d’effectuer des compromis avec respect sur la façon de faire, il est plus facile d’atteindre les objectifs attendus. 

 

Cela nécessite des efforts particuliers. Mais en construisant ainsi une vision commune, dont la synergie, il est plus facile de traverser ensemble les moments difficiles et mobiliser les employés.  

 

>>>>> DÉFI 3 : Modifiez votre rôle au sein de votre entreprise !

Modifier son rôle constitue possiblement le plus grand défi de sa vie. 

 

Il est essentiel de clarifier les rôles et responsabilités de chacun et de s’impliquer dans le développement de sa relève en effectuant des rencontres, sur une base régulière. Elles visent le transfert des compétences stratégiques, opérationnelles et techniques. 

 

En élaborant et en appliquant un plan de développement, celui-ci guidera les interventions.  Il est important de créer la sécurité, d’encourager, de souligner les bons coups et de revenir sur les aspects à améliorer.  
 

 

>>>>> DÉFI 4 : Responsabilisez et donnez le droit à l’erreur !

Il est temps de responsabiliser sa relève. 

 

En planifiant une rencontre hebdomadaire, la relève peut présenter l’avancement de son projet et poser des questions pour plus de connaissances.  Le fait d’accepter que sa relève effectue des erreurs est, également, normal. Alors, Il s’agit de minimiser les risques en prévoyant certaines situations et expliquer les enjeux si elles ne sont pas prises en compte.   Il est primordial de revenir sur la situation avec la question suivante : comment le repreneur s’y prendra-t-il la prochaine fois ? 

 

Responsabiliser consiste à prendre conscience de l’impact de ses actes sur la réussite de l’entreprise.   Amener la personne à développer ses compétences et ses attitudes d’une façon saine en limitant les blâmes et la culpabilisation, contribueront à augmenter son désir de dépassement de soi et à vouloir s’améliorer constamment.

 

>>>>> DÉFI 5 :  Partagez le pouvoir décisionnel et respectez vos décisions !

Les rôles et les responsabilités de chacun sont clarifiés. Le dirigeant doit respecter, à présent, les responsabilités attribuées et les décisions prises avec la relève.  

 

Partager le pouvoir décisionnel est un objectif en soi. Il est possible de créer des stratégies afin d’y arriver. 

 

Il faut avant tout réfléchir avant d’agir pour ne pas nuire à l’intégration de sa relève au sein de son équipe de direction. Nathalie nous rappelle que dans certaines situations, le dirigeant détruit lui-même la crédibilité de sa relève en l’humiliant devant toute l’équipe ou en allant à l’encontre d’une décision qu’ils ont prise ensemble ! C’est dévastateur et la relève devra mobiliser beaucoup d’énergie afin de se faire accepter, par la suite, par l’équipe de direction. 

 

Enfin, le dernier conseil pour le dirigeant est la création d’un comité de relève ou comité aviseur sur les dernières années. Il va réunir la relève et le comité de direction afin qu’ils rendent des comptes au cédant (bilan détaillé hebdomadaire ou mensuel).  Le dirigeant doit définir son rôle et ses responsabilités puis celui de sa relève en vue de quitter progressivement les opérations. En parallèle, il demeure au sein du conseil d’administration et dans des fonctions stratégiques ou autres. 

 

Ainsi, le dirigeant profite de la vie et crée son propre bonheur !

 

 

 

Notre contributrice

 

 Nathalie Joannette M.A, c.o.  

 

 

 

 

Depuis 2002, elle se spécialise dans le transfert de direction en contexte de relève familiale et entrepreneuriale au sein des PME.  Elle accompagne les entrepreneurs, leurs relèves et leurs équipes de directions à traverser les différentes étapes de leurs transformations organisationnelles. Elle est Membre de l'Ordre des conseillers et conseillères d'orientation du Québec (OCCOQ) et doctorante en communication sociale. Au service des PME depuis 25 ans, elle accompagne les dirigeants, les professionnels et leurs employés  dans le développement de leur plein potentiel. 


En automne 2017, Nathalie a donné la première partie du MPA "Futurs repreneurs, soyez préparés !" et le module Enjeux humains de la formation Succès Relève.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ARTICLES RÉCENTS